La nouvelle Djolfa d’hier et d’aujourd’hui

Initiative inédite du Conseil Franco-Iranien (CFI) 

Le quartier de la nouvelle Djolfa est depuis 400 ans le domicile des Arméniens exilés à Ispahan. Malgré la distance qui les sépare de leur pays natal, ils y ont formé leur propre société : ils ont bâti des églises et y ont prié ; ils ont construit des écoles et y ont éduqué leurs enfants ; et ils ont surtout transmis leurs langue, culture, religion et mœurs de génération en génération.

Ernst Hoeltzer arriva en 1863 en Iran. Ingénieur de formation, il travailla durant plusieurs années à l’établissement de lignes télégraphiques en Iran, avant de s’installer dans le quartier de Djolfa à Ispahan. Il apporta avec lui son équipement photographique et réalisa plusieurs milliers de photographies du quartier arménien. Celles-ci comptent parmi les plus anciennes photographies conservées de Djolfa.

Les photographies d’Ernst Hoetlzer montrent plus que de simples monuments, églises ou écoles ; elles mettent en scènes la vie de la communauté arménienne au milieu du XIXe siècle. Elles illustrent leurs professions, leurs styles vestimentaires, leurs habitudes, et leurs moments de joie et de tristesse. En joignant les notes de Hoeltzer à ses photographies, nous découvrons ainsi un témoignage complet de la vie quotidienne des Arméniens de Djolfa.

La présente exposition a pour but de faire découvrir le quartier arménien de la nouvelle Djolfa à travers diverses thématiques : son architecture, la vie publique de sa communauté chrétienne et les vues d’intérieurs intimistes telles que mises en scène par le regard orientaliste de Ernst Hoeltzer. Le quartier de Djolfa est toujours habité par une importante communauté arménienne, qui cultive son identité et son héritage unique. Une dernière partie de l’exposition est ainsi consacrée à la Djolfa contemporaine et à ses habitants. Peut-être sera- t-elle une nouvelle invitation à venir observer par vous-même les merveilles d’Ispahan ?