La semaine culturelle d'Ispahan à Paris
Chefs d’oeuvres d’Ispahan

Initiative inédite du Conseil Franco-Iranien (CFI) 

Le Louvre d’aujourd’hui est l’héritier d’une coopération archéologique avec l’Iran établie au XIXe siècle. L’enrichissement des collections archéologiques est lié au rôle majeur que joua le Louvre dans la découverte et la révélation des grandes civilisations antiques. Au fil des décrets royaux qui ont autorisé les fouilles et les exportations des découvertes en France, la collection d’objets provenant de l’Iran ancien s’est fortement développée.

Outre les pièces d’intérêt archéologique, c’est également au travers des collections royales, à la fin du XVIIe siècle, que les premières œuvres de l’Iran médiéval font leur entrée dans les collections du Louvre. Les céramiques médiévales et modernes ainsi que les miniatures et les métaux rejoignent le département des Objets d’art en 1893. La collection ne cesse de s’agrandir pour donner naissance en 1993 le projet du grand Louvre, qui offre une visibilité importante aux objets iraniens.

C’est seulement en 2003, avec la création d’un département des Arts de l’Islam, et en 2012, avec l’ouverture de salles dédiées, que la collection trouve enfin un écrin à sa hauteur. Ainsi, les peintures persanes de Riza-i Abbasi, le globe céleste -instrument de mesure et d’étude, véritable objet d’effervescence scientifique à la cour safavide-, les décors palatiaux -tels que les panneaux en céramique et les fresques commandés par le roi Shah Abbas Ier-, et ses portraits ont trouvé une place à leur juste valeur.

La Semaine Culturelle d’Ispahan en partenariat avec le Musée du Louvre et Iran Héritage, propose une visite guidée des chefs-d’œuvre d’Ispahan, par Sylvie Cuni.